VIOLENCES CONJUGALES

Accompagnement thérapeutique en ligne

pour victimes de violences physiques – psychologiques – sexuelles

Vous n’êtes pas seul(e) pour parvenir à vous libérer de l’emprise.

Psychologue spécialisée en violences conjugales, je vous aide à découvrir comment vous reconstruire et cheminer vers l’apaisement et le mieux-être

Reprenez le contrôle de votre vie après une relation violente

Hypervigilance, flashbacks, honte, cauchemars, anxiété, culpabilité, mésestime de soi…

Les conséquences psychologiques des violences intrafamiliales sont multiples, et ce, qu’il s’agisse :

  • de violences sexuelles
  • de violences physiques
  • de violences psychologiques ou économiques

Le retentissement sur la vie quotidienne des victimes est énorme. Et bien souvent, la séparation d’avec l’auteur des violences n’est pas synonyme d’une diminution ou d’une disparition des symptômes.

Demander de l’aide dans ce tourment représente une épreuve de plus pour les victimes. D’autant plus quand l’auteur des violences vous a fait croire :

  • que vous ne seriez pas cru·e
  • que tout est de votre faute
  • que vous êtes folle / fou
  • qu’il y aurait des représailles si vous parliez…

Pourtant, s’entourer d’un·e ou plusieurs professionnels, notamment de santé, est essentiel pour sortir de l’isolement, briser les mécanismes d’emprise et vous libérer de ces symptômes qui vous entravent au quotidien.


Confiez-vous à une psychologue spécialisée en violences conjugales

Toutes ces difficultés, ces épreuves, je les ai observées chez la plupart des femmes victimes que j’ai accompagnées.

Durant plusieurs années, j’ai exercé en tant que psychologue clinicienne au sein d’un service hospitalier spécialement dédié aux femmes et aux enfants (parfois aussi aux hommes) victimes de violences intrafamiliales.

Pour accompagner au mieux ces victimes « survivantes » de violences conjugales (terme employé au Canada), j’ai suivi plusieurs formations en parallèle de mes lectures :

  • formation “Subir n’est pas consentir” (CRAVS Bretagne)
  • formation “De la prévention à la coordination globale de la prise en charge des victimes et des auteurs” (Pegase Processus)
  • formation “L’approche orientée solution” (Pegase Processus)
  • formation à la Pleine Conscience (Spiri’Vie)

Au-delà de mon expérience en hôpital et des parcours précités, j’ai effectué des actions de formation et de sensibilisation auprès d’autres professionnels de santé sur le thème des violences conjugales intrafamiliales et leurs impacts sur les victimes (adultes et enfants).

L'accompagnement psychologique qui vous attend

Afin de vous offrir un accompagnement psychologique sécurisant et bienveillant, j’ai choisi de vous accueillir à distance, hors du cadre d’un lieu impersonnel comme un cabinet. Il me semble essentiel que, pour plus de confort, vous puissiez vous exprimer depuis un lieu où vous vous sentez en sécurité pour échanger.

Dans mon travail, j’adopte une approche intégrative, alliant diverses approches, notamment l’approche orientée solution.  Son intérêt dans votre cas ? Celle-ci est :

  • tournée vers la résilience plutôt que sur les événements passés
  • adaptées au rythme de chacun(e)
  • sans jugement

Ensemble, nous travaillerons afin :

  • de vous permettre de (re)prendre conscience de vos ressources
  • de (re)trouver un sentiment de sécurité interne
  • de (re)trouver une estime de vous solide et forte

Mes patient.e.s en parlent mieux que moi :

« Avant de commencer mes séances avec Mme Bonnin, je me sentais profondément perdue, emprisonnée dans un cercle de doutes et d’incertitudes. J’avais du mal à croire en moi-même et à envisager un avenir sans l’ombre de mes peurs et de mes angoisses. Mais dès que j’ai commencé à travailler avec elle, j’ai senti une lueur d’espoir s’allumer en moi. Sa compréhension, son soutien inconditionnel et ses conseils éclairés m’ont guidée à travers les méandres de mes pensées négatives. Elle m’a aidée à prendre conscience de ma propre valeur et de ma capacité à surmonter les obstacles. Grâce à nos séances, j’ai appris à reconnaître mes forces, à accepter mes faiblesses et à me sentir plus forte et plus confiante dans ma capacité à affronter les défis de la vie.

Chaque séance était comme une bouffée d’air frais, un moment où je pouvais m’ouvrir en toute confiance, sans peur d’être jugée. Elle m’a appris à me pardonner, à lâcher prise sur le passé et à me concentrer sur le présent et l’avenir. Sa bienveillance et son empathie ont été des catalyseurs essentiels dans ma transformation personnelle. Aujourd’hui, je me sens plus alignée avec moi-même, plus en paix avec mes choix et plus optimiste quant à ce que l’avenir me réserve. Je suis reconnaissante pour le chemin parcouru et pour le soutien précieux qu’elle m’a apporté tout au long de cette transformation ». 

Julie

Déroulement de votre psychothérapie pour violences conjugales

  1. Pour réserver votre premier rendez-vous gratuit (45 minutes) ou pour toute information, suivez le lien suivant :

2. Cette première séance permet surtout de faire connaissance, de me faire part de vos attentes et de vos besoins. Elle vous sert à évaluer si vous pensez être suffisamment à l’aise avec moi pour engager un travail thérapeutique.

3. Elle m’aide à cerner et comprendre au mieux vos besoins et votre demande, sans jugement. C’est également l’occasion de vous expliquer la façon dont je travaille et de répondre à vos éventuelles questions.

4. Ce premier rendez-vous peut être réalisé au choix :

    • en visio
    • par téléphone
    • par écrit (messagerie instantanée)

 

5. Cette première consultation ne vous engage en rien. Vous êtes libre à l’issue de celle-ci de reprendre rendez-vous ou non. Le contenu des séances est strictement confidentiel.

6. Si vous souhaitez poursuivre, nous discuterons alors du rythme de séances le plus adapté pour vous.

7. Besoin de plus de détails ? Je réponds à quelques questions dans la FAQ ci-dessous 👇

FAQ - Foire aux questions concernant la psychothérapie

Voici des exemples de situations où il est important de prendre rendez-vous avec un·e professionnel·le :

  • Vous sortez d’une relation violente et souffrez des symptômes suivants : crises d’angoisse, état dépressif, troubles du sommeil, hypervigilance, flashbacks…
  • Vous venez de vous séparer d’un conjoint violent et vous êtes très isolé·e.
  • Suite à une relation toxique, vous avez totalement perdu confiance en vous.
  • Vous tombez toujours sur des conjoints violents ou toxiques.
  • Vous avez été victime d’une relation violente il y a très longtemps, mais vous ressentez toujours un mal-être.
  • Vous avez été témoin de violences intrafamiliales lorsque vous étiez enfant.
  • Vous êtes en couple avec un conjoint violent. Vous avez déjà tenté de vous séparer mais vous finissez toujours par retourner avec lui.

Pour toutes ces situations, la psychothérapie est essentielle pour vous aider à décortiquer ce que vous avez vécu, à identifier le mécanisme d’emprise et surtout, à vous reconstruire.

La prise de RDV avec un·e psychologue est souvent une démarche difficile. D’autant plus lorsque l’on sort d’une relation de couple caractérisée par de la violence. Voici quelques exemples de freins qui peuvent vous empêcher de franchir cette étape, et mes réponses.

 « J’ai peur d’être jugé·e »

Le non-jugement représente pour moi l’un des grands principes éthiques des psychologues. Chaque personne est différente, chaque histoire de femme ou d’homme victime d’emprise ou de violence est différente et le/la professionnel·le est là pour vous accueillir, vous écouter et vous accompagner. L’empathie et la bienveillance envers mes patient·es sont essentielles, quels que soient les événements qu’ils ont traversés

« J’ai peur de ne pas être cru·e »

L’alliance thérapeutique repose sur une confiance mutuelle entre le/la psychologue et la personne accompagnée. Cette confiance ne pourrait être véritable si le/la professionnel·le n’était pas à l’écoute ou remettait en doute les propos de ses patient·es. Bien souvent, la crainte de ne pas être cru·e chez les victimes, femmes comme hommes, est en fait liée à certaines paroles menaçantes de l’auteur des violences dans le couple (« Si tu parles de ce qui se passe, personne ne te croira. »). Un·e psychologue formé·e aux violences intrafamiliales et aux mécanismes d’emprise vous croira.

« J’ai peur de ne pas tomber sur le/la bon·ne psy »

Trouver le bon psy pour soi n’est pas une démarche facile. Au-delà des méthodes et techniques utilisées, chaque psychologue est différent·e dans son “style” et sa façon d’être durant la thérapie :

  • Certain·es psychologues vont se montrer plutôt silencieux·ses et discret·es.
  • D’autres vont intervenir plus régulièrement et être davantage dans l’échange.
  • D’autres encore vont se montrer spontané·es et utiliser l’humour alors que d’autres ne le feront pas.

En ce qui me concerne, je propose un accompagnement chaleureux, axé sur l’écoute, le dialogue et la spontanéité. Je vous propose une première séance gratuite, qui vous permettra d’évaluer si vous vous sentez suffisamment à l’aise avec moi.

« J’ai déjà dû raconter mon histoire à différents professionnels. Je n’ai pas envie de raconter à nouveau tous ces événements douloureux »

Dans le cas des victimes de violences au sein du couple, il arrive souvent que la rencontre avec le/la psychologue intervienne après des échanges avec d’autres professionnels (par exemple après un dépôt de plainte). Au cours de mes consultations en psychologie, il n’y a aucune obligation à (re)parler des événements passés, qui ont pu être traumatiques. Le travail thérapeutique est possible même en s’axant sur vos ressentis, vos ressources et sur les objectifs que vous souhaiteriez atteindre grâce à la thérapie.

Nous avons commencé à faire connaissance lors de la première séance. Vous êtes rassuré·e quant à la qualité de la relation de confiance établie et vous souhaitez aller plus loin. Selon votre demande, nous déciderons du cadre à donner aux séances suivantes (créneau horaire, fréquence, etc).

L’objectif des premières séances est d’avoir une « vue d’ensemble » de votre histoire, de votre personnalité et de vos ressources. Pour cela, je peux être amenée à « creuser » certains sujets avec vous et donc à vous poser différentes questions (auxquelles vous êtes libre de ne pas répondre si vous ne le souhaitez pas).

S’engage par la suite un échange approfondi autour de vos ressentis et de vos pensées. L’alliance thérapeutique et le travail d’élaboration psychique peuvent alors se mettre en place.

La première séance en ligne/ à distance dure environ 45 minutes. Les séances suivantes par visio, téléphone ou messagerie instantanée durent environ une heure.

Il est très difficile de savoir à l’avance le nombre de séances dont vous aurez besoin pour vous sentir mieux. Cela dépend de plusieurs facteurs, notamment :

  • l’intensité des violences que vous avez vécues
  • la durée d’exposition à celles-ci
  • vos facteurs de résilience (liés à votre environnement familial, amical)
  • vos ressources (vous en avez forcément mais n’en êtes pas forcément conscient·e!)

Le paiement des séances se fait par virement bancaire. Il est dû 24h avant la séance. Merci de prendre en compte les délais bancaires.

À défaut de virement 24h avant la séance, celle-ci est considérée comme annulée. Les changements de créneaux ou annulations sont possibles jusqu’à 24h avant la séance. Au-delà, la séance est due et ne sera pas remboursée.

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter la page Conditions Générales de Vente.

Certaines mutuelles proposent le remboursement des séances de psychothérapie à distance. Le cas échéant, une facture sera fournie à votre demande à l’issue de la consultation.

Voici une liste des mutuelles proposant le remboursement des séances chez un psychologue. 

Pour en savoir plus sur la collecte, l’utilisation et le stockage de vos données, je vous invite à consulter la page Politique de Confidentialité

3919-violences conjugales