Insécurité affective en couple : 7 raisons qui l’expliquent

You are currently viewing Insécurité affective en couple : 7 raisons qui l’expliquent

Pourquoi est-ce que je me sens insécure dans ma relation amoureuse ?

Malgré les efforts importants de votre partenaire pour vous rassurer, rien n’y fait : vous vous sentez très insécure dans votre relation amoureuse, sans d’ailleurs comprendre pourquoi. Vous aimeriez que cela change, mettre du sens sur vos comportements et sur cette insécurité que vous ressentez très régulièrement.

Il est certain que l’insécurité affective peut affecter votre relation. Celle-ci est difficile à vivre, autant pour la personne qui en souffre que pour son ou sa conjoint·e. Elle peut d’ailleurs engendrer un mal-être important au sein des couples.

Comment se manifeste-t-elle ? Comment l’expliquer ? Et comment vaincre ce sentiment d’insécurité pour retrouver un équilibre et une vie de couple harmonieuse ? Découvrez mes conseils dans cet article.

On peut définir l’insécurité affective comme le fait de ressentir une inquiétude plus ou moins ancrée quant à ses relations, en lien avec un danger supposé ou réel.

Contrairement à quelqu’un qui se sentirait totalement serein dans ses relations, la personne souffrant d’insécurité affective peut ressentir de façon très régulière et intense :

  • l’angoisse de perdre l’autre
  • la peur de ne pas lui suffire
  • une inquiétude quant à l’amour de l’autre à son propre égard
  • une inquiétude quant à la stabilité de la relation

L’insécurité affective mène bien souvent à la dépendance affective, laquelle apparaît souvent en réaction à cette insécurité. La dépendance affective renvoie à la croyance qu’on ne peut pas vivre sans l’autre et amène des doutes quant à la légitimité que l’on porte à nos propres besoins affectifs.

 👉 Important à retenir : L’insécurité affective et la dépendance affective sont donc bien souvent liées et sous-tendues par un déséquilibre entre l’amour que l’on porte à soi-même et l’amour que l’on donne aux autres.

Notez que le terme « insécure », malgré sa ressemblance avec le mot insécurité, est un emprunt à l’anglais insecure. On comprend l’idée en français, mais on pourrait mieux le traduire, selon le contexte, par : anxieux, inquiet, peu sûr, dangereux, vulnérable, précaire, fragile…

Quels sont les signaux dans la relation ?

femme sérieuse smartphone-insécurité affective

L’insécurité affective peut prendre de multiples formes dans le quotidien, avec deux « pôles » distincts :

  • d’un côté, des comportements liés à l’anxiété de perdre l’autre
  • de l’autre, des comportements liés à la crainte de s’engager émotionnellement dans la relation et de souffrir

Concrètement, voici les indices que vous pourriez observer chez vous ou votre partenaire :

  • multiplication des contacts téléphoniques (même si vous retrouvez l’autre dans quelques heures)
  • fait de regarder compulsivement le téléphone dans l’espoir d’un message ou d’un appel de l’autre
  • angoisse importante dès que l’autre s’absente (dont la crainte qu’il ne lui arrive malheur)
  • difficulté à vous engager dans une relation sérieuse sur du long terme
  • besoin de surveillance et de contrôle sur les activités de l’autre
  • détachement affectif, c’est à dire peu de partage émotionnel
  • recherche constante de signes d’affection ou de tendresse
  • besoin permanent d’attention et de présence de l’autre
  • engagement limité dans les activités à deux
  • besoin excessif de réassurance
  • évitement des conflits
  • jalousie excessive

Conséquences pour la relation amoureuse

Bien entendu, ce type de comportement va impacter la relation, qui est susceptible de s’essouffler à long terme :

  • Votre partenaire peut se sentir étouffé, car vous lui laissez peu d’espace de respiration.
  • Votre jalousie excessive, votre besoin de contrôle et de surveillance sont susceptibles d’amener des conflits récurrents dans le couple.
  • Votre conjoint·e peut s’épuiser à chercher à vous aider et vous rassurer en permanence.
  • Votre conjoint·e peut interpréter vos demandes de réassurance constantes comme un manque de confiance à son égard (alors que bien souvent, c’est vous qui manquez de confiance en vous).
  • Vous êtes susceptible de rester dans une relation qui ne vous convient pas.
  • Vous vous oubliez complètement et avez des difficultés à avoir votre propre espace et vos propres activités sans l’autre.
  • Si vous maintenez une distance émotionnelle sans parvenir à vous engager pleinement dans votre relation, cela peut amener une impression d’insécurité chez votre partenaire quant à l’avenir de la relation.

Bien souvent, si vous souffrez d’insécurité affective, quelles que soient les réactions ou le comportement adoptés par votre conjoint·e en matière de réassurance, cela ne suffira pas. Car l’insécurité est souvent profondément ancrée et peut trouver sa source dans des événements survenus dans l’enfance.

 👉 Important à observer : Bien évidemment, si votre conjoint·e n’est réellement pas fiable, alors va se poser la question pour vous de ce que vous souhaitez :

  • Maintenir la relation et en souffrir ?
  • Ou bien en sortir et affronter la solitude afin d’aller vers une relation plus épanouissante pour vous ?

Quelles sont les 7 causes de l'insécurité affective ?

Les causes de l’insécurité affective sont multiples et souvent interconnectées.

Il est important de différencier les causes liées directement à vous et à votre histoire (indépendantes du conjoint·e avec lequel vous êtes), des causes liées à la qualité de la relation en elle-même. Je vous propose d’en découvrir 7 souvent à l’origine des insécurités.

Relation toxique et/ou violente

Rappelons qu’une relation toxique est une relation présentant une dynamique déséquilibrée, entraînant un mal-être psychique chez l’un des conjoints. Le comportement toxique et/ou violent présenté par l’autre partenaire pour assoir son emprise peut entraîner un climat global d’insécurité vous affectant, vous et la relation dans son ensemble.

Ainsi, il se peut que le ou la conjoint·e violent·e :

  • menace de vous quitter
  • vous envoie des messages contradictoires alternant rejet et rapprochement
  • vous dénigre et vous dévalorise

Bien évidemment, ces manoeuvres impactent directement l’amour que vous vous portez, et entraînent peut-être chez vous l’impression de ne pas suffire à l’autre. D’autre part, les incertitudes quant à la stabilité de votre relation peuvent facilement vous assaillir.

Ici, l’insécurité est engendrée par le climat de terreur que le ou la conjoint·e violent·e fait régner. Et malheureusement, à moins de sortir de cette relation, tous vos efforts pour communiquer sur vos besoins et pour amener la relation vers plus de sérénité et de sécurité seront très certainement vains.

Les relations précédentes

Sans parler de relation toxique, il se peut que vos précédentes relations jouent également un rôle dans votre insécurité affective actuelle.

Si vous avez vécu des rejets ou des trahisons par le passé, vous pouvez développer une insécurité affective dans vos relations futures, de peur de revivre les mêmes douleurs et souffrances. Ainsi, votre capacité à faire confiance à un nouveau partenaire est impactée, tout comme votre estime de vous.

Des schémas de pensée négatifs et erronés peuvent alors émerger :

« Je ne trouverai jamais quelqu’un d’autre qui me comprendra. »

« Je préfère ne pas me montrer trop vulnérable ou je risque d’être blessé·e. »

« Il / elle mérite mieux que moi. »

« Dès qu’il.elle me rencontrera, il / elle me rejettera. »

« Il vaut mieux être seul·e plutôt que risquer de souffrir à nouveau. »

« L’engagement, ce n’est pas pour moi. »

« Il faut que je garde le contrôle, sinon je risque de le perdre. »

Le modèle parental

Le sentiment de sécurité interne se construit dans la petite enfance grâce à :

  • la disponibilité des parents
  • la qualité des interactions avec eux
  • la stabilité et la continuité de ces interactions

Ces différents éléments vont contribuer à l’équilibre affectif de l’enfant.

Au contraire, un manque de reconnaissance, d’amour et de protection dans l’enfance influence fortement les relations futures. Cela peut entraîner une grande insécurité affective, toutefois sans forcément entraîner de traumatisme avéré.

De la même façon, une relation parents/enfants marquée par des ruptures régulières de liens peut amener chez l’enfant une impression d’instabilité et d’insécurité interne.

Un traumatisme dans l’enfance

Les traumatismes survenus dans l’enfance peuvent entraîner des blessures affectives profondes, susceptibles de se répercuter dans différentes sphères de la vie de l’adulte (amour, travail, amitié…), y compris dans la sphère relationnelle.

Ainsi, si vous souffrez d’insécurité affective, il se peut que des expériences négatives de votre enfance (Adverse Childhood Experience) puissent l’expliquer.

 🔗 Pour aller plus loin : Pour en savoir plus sur les types de traumatisme possibles dans l’enfance, je vous invite à lire mon article : « J’enchaîne les relations toxiques, un trauma de l’enfance ? »

Les styles d’attachement insécure

C’est à partir des modèles parentaux, mais aussi des expériences vécues dans l’enfance, que nous développons dans notre vie un style d’attachement particulier, lequel conditionne en partie la teneur de nos relations futures.

Si vos parents, ou si les expériences vécues n’ont pas été suffisamment sécurisantes, vous êtes susceptible d’avoir développé un style d’attachement insécure qui peut être :

  • soit anxieux
  • soit évitant

Dans le style d’attachement anxieux, la peur de l’abandon et de la solitude prévalent et le besoin de réassurance et de validation de la part des autres est constant.

Dans le style d’attachement évitant, les personnes préfèrent maintenir une certaine distance afin de se protéger de potentielles blessures affectives. Ces personnes sont moins enclines à s’engager émotionnellement dans une relation.

Manque d’estime de soi

Insécurité affective et estime de soi sont étroitement liées.

Une estime de soi solide est généralement associée à une bonne capacité à développer des relations saines et équilibrées avec les autres. Au contraire, si elle est fragile, la personne sera plus à même de douter de sa valeur personnelle. Cela impacte parfois son sentiment d’être digne d’amour et d’attention et crée une grande insécurité dans sa ou ses relation·s interpersonnelle·s.

Cette impression d’insécurité peut elle-même par la suite accentuer les croyances négatives sur soi-même, créant un véritable cercle vicieux de pensées et comportements auto-dépréciatifs.

De même, une faible estime de soi peut également contribuer à l’insécurité affective en rendant une personne plus sensible aux critiques, aux rejets et aux échecs dans une relation (amoureuse ou autre).

Prophétie autoréalisatrice et biais de confirmation

La prophétie autoréalisatrice renvoie à un biais cognitif basé sur l’idée que les croyances d’un individu conditionnent son comportement.

Ainsi, une personne qui s’attend à un événement précis (souvent négatif) va modifier son comportement et agir inconsciemment en accord avec ses croyances, ayant pour conséquence de faire advenir la prophétie.

 💡 Exemple : Si une personne croit qu’elle est indigne d’amour ou incapable de maintenir des relations saines, elle peut agir de manière à saboter inconsciemment les siennes, confirmant ainsi ses attentes initiales.

Un autre biais très ancré dans notre fonctionnement cognitif est le biais de confirmation. Il renvoie à notre tendance à se focaliser et à sélectionner dans la réalité les indices et éléments qui confirment et renforcent nos croyances et nos peurs. Autrement dit, nous croyons ce que nous voulons croire.

 💡 Exemple : Si vous avez la sensation que votre conjoint·e devient distant·e avec vous et que cette pensée tend à devenir une certitude, vous serez sans doute amené·e par la suite à ne pas tenir compte des éléments qui prouvent le contraire. Tout cela peut ensuite mener à la prophétie autoréalisatrice évoquée précédemment.

Voici un exemple de cheminement possible en 5 phases :

  1. Vous ressentez une certaine distance de la part de votre conjoint·e dernièrement. Vous commencez donc à croire qu’il vous aime moins et que la rupture est proche.
  2. Vous cherchez dans la réalité les signes qui viennent confirmer cette croyance, la renforçant ainsi (biais de confirmation).
  3. Vous commencez alors inconsciemment à modifier votre comportement en devenant peut-être moins chaleureux·se, moins cordial·e en réaction à votre inquiétude et à votre prédiction (prophétie autoréalisatrice).
  4. Par conséquent, votre conjoint·e modifie également son comportement en réaction au vôtre, en devenant peut-être d’autant plus distant.
  5. Cet enchaînement d’événements peut alors précipiter la rupture, ce qui vient confirmer votre croyance de départ.

 💡 Essentiel à retenir : Connaître ces biais cognitifs et les garder en tête est essentiel. Ils permettent en effet d’éclairer et d’analyser certaines situations sous un nouvel angle.

Comment lutter contre l'insécurité dans le couple ?

Afin de vaincre ce sentiment d’insécurité, et de développer des liens affectifs plus sereins, différentes étapes vont être nécessaires. J’en constate au minimum 5.

Reconnaître l’insécurité pour l’accepter

La première étape pour dépasser cette insécurité affective est :

  • de reconnaître qu’elle existe
  • d’identifier les différentes manières de se comporter qui en découlent
  • d’identifier la façon dont cela impacte votre relation amoureuse

Prendre conscience de ce que vous vivez et de ce que vous ressentez vous aidera à mieux accepter :

  • de vous remettre en question ;
  • de prendre vos responsabilités : l’autre n’est pas nécessairement responsable de l’insécurité que vous ressentez (sauf dans le cadre d’une situation de violence) ;
  • les différences d’expressions en amour : vous exprimez votre amour à l’autre d’une certaine façon mais il se peut que l’autre ait une toute autre façon de le faire ;
  • ce que vous êtes et ce que vous ressentez, avec bienveillance.

Puisque l’estime de soi joue un rôle essentiel dans l’insécurité affective, le fait de vous accepter et de vous accorder de la valeur représente un point non négligeable pour vous sentir plus sécure dans votre couple.

 🔗 Pour aller plus loin : À ce sujet, je vous invite à lire mon article : Comment retrouver l’estime de soi après une relation toxique ?

Travailler sur l’émancipation affective

En parallèle, il est essentiel de travailler à votre émancipation affective, c’est à dire de développer votre autonomie émotionnelle sans vous sentir dépendant·e de l’approbation ou de l’affection des autres.

Pour cela, il y a 3 points à suivre :

  1. Fixez-vous des objectifs personnels qui vous sont propres (donc complètement indépendants des objectifs de votre conjoint·e) : le fait de travailler pour les atteindre vous aidera à renforcer votre sentiment d’accomplissement et d’autonomie.
  2. Soyez à l’écoute de votre vécu émotionnel : accordez-vous des moments de « pause », seul·e, où vous prêtez uniquement attention à vos pensées et à vos ressentis.
  3. Écoutez vos besoins et vos désirs : prenez du temps pour vous, faites des activités qui vous plaisent, qui ne sont pas liées aux envies et centres d’intérêt de votre conjoint·e.

 🔗 Pour résumer : Écoutez-vous et ne faites pas tourner votre vie entière autour de votre conjoint·e ! Afin de développer des relations saines, il est indispensable que chacun des partenaires puisse apprécier des moments sans l’autre et que chacun·e ait ses espaces de respiration pour se ressourcer. Deux amoureux épanouis contribuent à un couple épanoui !

Ne plus réagir automatiquement aux croyances insécures

À la lecture de cet article, peut-être avez vous pris conscience de ce que l’insécurité affective provoquait chez vous en matière d’émotion, de croyance et de comportement. Je souhaite sincèrement vous aider à repérer les moments où ce sentiment est susceptible de faire son apparition.

Dans ces moments-là, restez en conscience. Autrement dit, prenez quelques minutes pour observer ce qui se passe en vous :

  • Quelles sont vos pensées et vos émotions ?
  • Où ressentez-vous le plus ces émotions dans votre corps ?
  • Prenez quelques respirations profondes
  • Décidez, en conscience, de ce que vous allez faire de vos ressentis :
    • Décidez-vous d’y réagir de manière habituelle ?
    • Décidez-vous simplement de les observer (en gardant en tête le caractère impermanent des émotions, qui bien souvent vont et viennent et varient en intensité) ?

L’objectif est de ne plus répondre de manière « automatique » à vos croyances, mais peut-être simplement de les observer, de les laisser passer, ou bien de décider très consciemment d’en faire quelque chose ou non.

Dialoguer dans le couple pour créer un climat de sécurité

On ne le répétera jamais assez :

La communication est primordiale au sein d’une relation, amoureuse, amicale, familiale ou autre. C’est le fondement de la confiance.

Peut-être qu’il est difficile pour vous d’aborder l’insécurité que vous ressentez. Et peut-être que vous craignez de vous montrer vulnérable devant votre partenaire. Et pourtant, il n’y a pas de honte ni de culpabilité à avoir. Au contraire, pouvoir verbaliser cela, prendre ses responsabilités et accepter de travailler sur son insécurité, c’est déjà faire preuve d’un grand courage.

Il est vraiment important que vous puissiez avoir des discussions ouvertes et honnêtes avec votre conjoint·e sur vos besoins, vos ressentis mais aussi sur les siens/siennes. Chacun·e des partenaires doit se sentir entendu·e, compris·e et soutenu·e par l’autre : empathie et respect mutuel sont indispensables !

Essayez également de (re)donner de la confiance à votre partenaire. Essayez :

  • de lui laisser plus d’espace
  • de moins le contacter s’il s’absente
  • de moins solliciter des marques d’attention de sa part

Focus sur le dialogue dans une relation violente

J’attire ici votre attention sur ce point très important.

Il est essentiel de souligner qu’au sein d’une relation violente, l’insécurité que vous pouvez ressentir est induite par le comportement néfaste de l’autre et par son emprise sur vous.

Aussi, tenter de communiquer et faire part de vos besoins sera sans doute inutile, puisque le ou la conjoint·e violent·e n’est probablement pas prêt·e à vous écouter, ni à modifier son / ses comportement·s en profondeur. Cela impliquerait d’une part pour lui / elle de reconnaître qu’il / elle use de violences puis dans un second temps d’accepter d’être accompagné·e par un·e professionnel·le sur du long terme afin de changer.

Pour le dire plus simplement, du fait de la relation asymétrique induite par la relation violente, vous n’avez peut-être tout simplement pas votre mot à dire.

 ⚠️ Important à noter : Si vous pensez vivre une situation de violence, se faire aider par un·e ou plusieurs professionnel·les est indispensable. Ne restez pas seul·e avec cela. Toute forme de violence est interdite par la loi ! Je vous invite à visiter la page de mon site à ce sujet.

Vous pouvez également contacter le 3919 pour obtenir de précieux conseils et des réponses à vos questions.

S’engager dans une psychothérapie

Le processus pour (re)trouver un sentiment de sécurité interne peut être long et laborieux, et ce, d’autant plus si vous vous êtes construit·e depuis l’enfance avec une insécurité et un manque affectif.

Ainsi, l’aide d’un·e thérapeute est parfois indispensable afin de parvenir à identifier les causes et les déclencheurs de cette insécurité. Ce·tte professionnel·le peut vous aider :

  • à explorer votre passé
  • à faire des liens et reconnaître les causes (souvent très inconscientes) à l’origine de votre insécurité
  • à (re)trouver une estime de vous solide
  • à entrevoir une façon plus sereine et plus épanouissante d’être en relation avec l’autre

Vous pensez souffrir d’insécurité affective et vous craignez que cela impacte négativement votre relation ? 

Vous avez perdu votre sentiment de sécurité interne depuis que vous êtes en couple avec votre conjoint·e actuel·le ?

Laisser un commentaire