Comment savoir si une relation est saine : 11 indices sûrs

You are currently viewing Comment savoir si une relation est saine : 11 indices sûrs

Relation saine vs relation toxique : savoir faire la différence

Vous vous interrogez régulièrement sur la situation amoureuse que vous êtes en train de vivre. Des signes d’inconfort se manifestent parfois, et vous ne vous sentez pas complètement heureux·se ou épanoui·e. L’existence de conflits assez récurrents avec votre partenaire vous amène à douter. Ces conflits sont-ils normaux ? Cette relation vous convient-elle ? S’agit-il d’une relation saine ou d’une relation toxique ? Voici quelques indices pour vous permettre de faire la différence !

Globalement, une relation est saine lorsque les deux conjoints sont sur un pied d’égalité. C’est-à-dire que chacun se sent en sécurité, libre d’exprimer ses points de vue, ses besoins et ses limites, tout en maintenant son indépendance vis à vis de l’autre.

En bref, une relation saine doit être source d’épanouissement mutuel. Et nous allons voir que les indices évoqués sont en fait tous interconnectés, et que l’un ne va pas sans l’autre, formant un tout cohérent et positif.

1. La communication

On le sait, la communication est la base de toute relation saine.

Vous et votre partenaire devez pouvoir vous exprimer clairement, de façon constante et sans détours. Cette communication doit être ouverte et doit permettre au couple de se comprendre. Elle est considérée saine si elle repose sur une écoute réciproque et une prise en compte de ce que dit l’autre.

 👉 Exemple pour illustrer : Lorsqu’une décision importante concernant le couple doit être prise, chacun doit pouvoir exprimer son point de vue, son souhait et ses éventuelles réserves. La décision est ainsi prise d’un commun accord sans que les envies et opinions de l’un prévalent sur les besoins de l’autre.

Quelques exemples de sujets nécessitant une communication ouverte :

  • les choix de carrière et éventuels déménagements
  • la gestion des finances du couple
  • la planification familiale (contraception, projet d’enfant…)
  • l’achat d’un logement
  • etc. 

Sans cette communication si précieuse, il n’y a pas de compréhension possible entre les partenaires. Les non-dits finiront forcément par impacter le couple.

2. Le consentement

Tout comme la communication, le consentement est un aspect indispensable et indissociable d’une relation amoureuse saine. Le consentement est synonyme de respect de l’autre et de sa dignité. Il renforce la confiance mutuelle. Le consentement doit être :

  • volontaire : c’est-à-dire donné sans pression, ni culpabilité, ni justification
  • éclairé : vous devez avoir toutes les informations nécessaires afin de prendre une décision consciente
  • mutuel : les deux partenaires doivent donner leur accord
  • réversible : même si vous avez donné votre accord, vous avez le droit de changer d’avis !

Consentir, c’est pouvoir être libre et autonome dans sa décision, tout en ayant compris ce qu’elle implique.

 ⚠️ Important à retenir : Le consentement implique que vous êtes en mesure de donner votre accord. Aussi, les situations où vous êtes dans l’impossibilité de dire « non » équivalent à une absence de consentement. Par exemple si vous êtes :

  • endormi·e
  • inconscient·e
  • sous l’emprise de l’alcool
  • drogué·e
  • etc. 

Le consentement n’est pas valable uniquement dans les débuts. Il est également indispensable tout au long de la vie du couple, et ce, quelle que soit la durée de celle-ci. Le viol conjugal existe et est lui aussi interdit par la loi.

 ⛔ Si votre consentement n’est pas respecté, vous êtes alors victime d’une agression sexuelle ou d’un viol. C’est interdit par la loi, et cela relève d’une plainte. Vous pouvez demander de l’aide :

3. La liberté et l’indépendance

Dans les couples sains, chacun doit être en mesure de garder une certaine liberté et indépendance. Cela signifie que chacun peut exister sans l’autre à travers :

  • des centres d’intérêts différents
  • des activités différentes
  • un cercle amical propre
  • etc.

Tout ne doit pas tourner autour de votre partenaire, de ses envies et de ses besoins. Accordez la même importance aux vôtres et laissez-leur de l’espace. Afin d’être pleinement présent·e et disponible pour l’autre, il est essentiel de prendre soin de vous et de vous accorder des moments rien qu’à vous. Il est ainsi indispensable de respecter les moments de solitude de chacun et d’accepter que votre conjoint·e puisse avoir des besoins différents des vôtres.

Là est la clé d’un couple épanoui en amour : il faut essayer de trouver un juste équilibre entre le temps passé ensemble et le temps passé séparément.

 💡 Exemples pour illustrer :

  • prévoir des sorties sans votre partenaire
  • prévoir du temps avec vos ami·es et votre famille sans l’autre
  • organiser des espaces personnels chez vous où chacun peut se retirer 

4. La confiance mutuelle

La liberté et l’indépendance vont de pair avec une confiance solide entre les deux partenaires du couple. Cette confiance est favorisée par :

  • la transparence sur les sentiments, les préoccupations et les attentes de chacun : cela aide à éviter les malentendus
  • la fiabilité : chacun respecte ses engagements
  • la cohérence entre les paroles et les actions
  • la loyauté et la fidélité envers l’autre, aussi bien dans les actions que dans les pensées

5. L’honnêteté

L’honnêteté dans les paroles et les actions est un autre indice permettant d’identifier une relation saine. Vous devez vous sentir libre de partager vos opinions, vos pensées et d’adopter les comportements que vous souhaitez sans craindre le jugement ou quelconque remarque ou reproche de votre conjoint·e.

 👉 Bon à savoir : En début d’histoire, il est normal d’avoir une certaine retenue dans ce que l’on montre à son ou sa partenaire. Mais si, après une longue période à deux, vous avez l’impression de ne pas pouvoir être vous-même en présence de l’autre, cela peut être le signe d’une relation malsaine.

6. La sécurité

Le sentiment de sécurité interne est probablement l’un des indices les plus importants pour identifier si votre relation est saine. Des comportements cohérents et prévisibles favorisent un sentiment de sécurité psychique et physique.

  • Les actions de votre partenaire sont cohérentes et prévisibles. Vous savez à quoi vous attendre et vous pouvez anticiper les réactions de l’autre.
  • Vous ressentez un profond sentiment de protection physique et émotionnelle en présence de votre conjoint·e.
  • Vous savez que l’autre fera tout pour éviter de vous blesser, que ce soit intentionnellement ou par négligence.
  • Votre partenaire respecte vos limites personnelles et ne cherche jamais à les franchir ou à les remettre en question.
  • Vous ne ressentez aucune peur ou appréhension face à l’autre.

À contrario, l’imprévisibilité de l’autre et de ses comportements entraîne un climat d’insécurité qui peut être très difficile à vivre.

 ⚠️ Exemples pour illustrer :

  • Vous ne savez jamais de quelle humeur sera votre conjoint·e en rentrant du travail.
  • Il.elle est susceptible de passer brutalement d’un état à un autre sans raison apparente.
  • Il.elle est contrarié au moindre changement.
  • Il.elle est incohérent entre ses paroles et ses actions. 

7. Le respect

Le respect est la condition de toute relation saine. Chacun des partenaires doit respecter chez l’autre :

  • ses besoins (émotionnels, physiques…)
  • ses limites
  • ses décisions

Celui-ci passe également par l’appréciation de la valeur de l’autre et par une forme de gratitude et de reconnaissance de l’avoir à vos côtés.

8. Le soutien et la bienveillance mutuelle

Dans les relations épanouies, chacun fait preuve de soutien et de bienveillance envers l’autre. Cela se traduit par :

  • la présence et l’empathie de votre conjoint·e dans les moments difficiles
  • le fait de valoriser et d’encourager régulièrement votre partenaire, ses aspirations et ses réussites
  • une écoute et une compréhension mutuelle

9. L’investissement réciproque dans la relation

Dans une histoire d’amour saine, les deux conjoints sont autant engagés et investis l’un que l’autre dans la relation et dans le souhait de la faire évoluer. Ils font preuve d’un engagement clair et constant au sein de celle-ci, en laissant de l’espace pour les moments de partages avec l’autre (partages d’activités, de temps, d’expériences, de dialogues…).

10. Une affection partagée

Dans les relations amoureuses positives, chacun montre son attachement et son amour pour l’autre grâce à :

  • des gestes
  • des paroles
  • des attentions

 ⚠️ Important à retenir : Gardez en tête et acceptez que les besoins de chacun peuvent être différents :

  • certain·es exprimeront leur affection principalement par des actions et attentions
  • d’autres, principalement par des paroles
  • certain·es auront besoin de peu de marques d’amour
  • d’autres auront besoin d’en recevoir beaucoup plus souvent

Ici, la communication est à nouveau indispensable. Si des décalages sont présents, chacun devra pouvoir faire part à l’autre de ses besoins en termes d’affection, afin de trouver les réajustements nécessaires qui apporteront réassurance et sentiment de sécurité à chacun.

 👉 Bon à savoir : Notez que ces décalages peuvent traduire des styles d’attachement différents chez chaque individu : une personne présentant un style d’attachement sécure aura moins besoin de réassurance qu’une personne présentant un style d’attachement anxieux.

11. Les conflits dans une relation saine

Qui dit histoire d’amour saine ne veut pas nécessairement dire absence de conflit ou de dispute. Les relations épanouies et positives connaissent également leur lot de difficultés et de moments délicats.

Même dans les couples épanouis, les disputes peuvent représenter des moments où l’un des partenaires cherche à avoir raison (et donc à prendre temporairement le dessus sur l’autre). Certains reproches peuvent apparaître. MAIS, et je le souligne bien ici, le respect de l’autre et de ses limites demeure présent.

C’est grâce à une communication ouverte entre les deux conjoints que le conflit peut se résoudre de façon constructive. Chacun doit être en mesure d’exprimer :

  • ses ressentis
  • la façon dont il perçoit la situation
  • ce qui l’a éventuellement blessé ou mis en colère

Le point de vue de chacun est pris en compte et considéré par l’autre. Ce qui permet de ramener de la compréhension. À l’issue du conflit, chacun est en mesure de se remettre en question et d’assumer la responsabilité de ses actes. Chacun doit être en recherche de solutions et de compromis afin d’apaiser le conflit et de retrouver un terrain d’entente.

 💡 Vous souhaitez tester si votre relation actuelle est saine ? Je vous invite à visiter ce site : https://www.ydesfemmesmtl.org/ma-relation-est-elle-saine/

Les indices d'une relation toxique ou malsaine

indices relation malsaine

Il me semble également indispensable de vous expliquer ce à quoi on reconnaît une histoire d’amour toxique ou malsaine. Parmi les caractéristiques classiques, on retrouve la présence d’un déséquilibre entre les deux conjoint·es. Cela veut dire que la relation est asymétrique et que l’un des partenaires prend le dessus sur l’autre. Cette asymétrie peut s’exprimer de nombreuses façons, parfois difficiles à analyser.

 🚨 Afin d’avoir un aperçu visuel de ce que vous traversez, je vous recommande vivement de découvrir le violentomètre, un baromètre officiel qui mesure la situation des relations de couple.

1. Les 4 types de violence dans le couple

Les violences conjugales peuvent prendre diverses formes, et ne se limitent certainement pas à la violence physique. Qu’elles laissent des marques visibles ou non, elles sont extrêmement préjudiciables au bien-être de la personne. On note 4 types de violences :

  • les violences physiques
  • les violences sexuelles
  • les violences psychologiques et verbales
  • les violences économiques et administratives

Violences physiques

Les violences physiques englobent toutes les atteintes à l’intégrité corporelle :

  • cracher au visage
  • tirer les cheveux
  • bousculer
  • pousser
  • secouer
  • taper
  • séquestrer

Cela renvoie également au fait de causer des blessures à l’autre :

  • morsures
  • coupures
  • entailles
  • lacérations
  • brûlures (infligées par eau chaude, fer à repasser, huile bouillante…)
  • fractures

Les violences physiques contre ou avec des objets rentrent également dans cette catégorie, comme le fait de :

  • détruire de la vaisselle, du mobilier ou des objets importants pour l’autre
  • déchirer des papiers personnels, des vêtements
  • battre avec des instruments et des armes, outils…
  • conduite automobile dangereuse

 ⚠️ Important à retenir : N’oublions pas les violences contre les animaux, qui ne sont pas moins importantes que contre un humain, et qui contribuent également à créer un climat de terreur.

Violences sexuelles

Les violences sexuelles regroupent :

  • les coups et blessures sur les parties génitales et sexuelles
  • les relations sexuelles contraintes
  • les agissements sexuels imposés
  • les viols

Mais aussi :

  • les relations imposées avec plusieurs partenaires
  • le proxénétisme

Et enfin, tout ce qui a trait à la pornographie, à savoir :

  • le fait de contraindre à voir ou écouter du matériel pornographique
  • le fait de contraindre à poser pour des photos ou vidéos
  • le fait d’obliger à prendre des positions dégradantes
  • les relations sexuelles forcées devant témoins

Violences psychologiques et verbales

Cet aspect de la violence vise à maintenir un climat de peur et d’insécurité et à créer une tension insupportable pour le ou la conjoint·e. Les violences verbales se présentent sous la forme :

  • de hurlement et de vociférations
  • de silences et de refus de communiquer

Il peut s’agir :

  • d’insultes
  • de grossièretés
  • d’obscénités
  • d’injures sexuelles

Les violences psychologiques renvoient :

  • aux menaces
  • aux rabaissements
  • aux chantages
  • aux humiliations
  • aux reproches permanents
  • aux fausses plaisanteries

Violences économiques et administratives

Ce type de violence insidieux à pour objectif de priver de ressources et d’entraver toute possibilité de démarches. On peut citer le fait de :

  • confisquer les papiers importants (passeport, livret de famille, permis de conduire…)
  • ne pas donner d’argent au conjoint·e si celui ou celle-ci n’est pas salarié·e
  • exiger des comptes au centime près pour le moindre achat
  • refuser toute dépense pour l’entretien personnel de la victime
  • interdire l’accès à un emploi
  • obliger le conjoint·e à changer de profession
  • faire porter sur le salaire de l’autre toutes les dépenses incompressibles du ménage
  • ne plus participer personnellement aux charges du ménage (logement, éducation des enfants, frais médicaux…)
  • détourner le salaire de l’autre personne du couple

Les situations de contrôle de l’autre

La toxicité d’une relation peut aussi s’exprimer par un contrôle important de l’un des partenaires sur l’autre. Ce contrôle peut se traduire des façons suivantes :

  • surveillance des mouvements et des communications de l’autre
  • prise de décisions unilatérales sur des aspects importants de la vie de couple
  • restriction de la liberté de l’autre, en interdisant par exemple de voir certaines personnes ou de sortir seul·e
  • imposition de règles strictes (et souvent arbitraires) et punition en cas de non-respect

La jalousie excessive et la possessivité

La jalousie excessive représente un autre signe de toxicité de la relation. Elle entraîne d’ailleurs souvent un besoin de contrôle sur la victime qui la ressent et peut s’exprimer à travers :

  • des questions insistantes et constantes sur ce que vous faites
  • des accusations injustifiées
  • des agissements intrusifs (vérification de messages, appels et activités sur les réseaux sociaux…)
  • des interrogatoires sur vos interactions avec d’autres personnes

De cette jalousie excessive peut découler des comportements très possessifs, où votre partenaire est susceptible de :

  • s’attendre à ce que vous passiez tout votre temps libre avec lui ou elle
  • réagir de manière très négative, voire colérique, lorsque vous passez du temps avec d’autres personnes
  • vous faire vous sentir coupable de vouloir passer du temps seul·e

L’isolement social

Dans les histoires toxiques, il n’est pas rare que le personne toxique cherche à isoler son ou sa conjoint·e, afin de maintenir son emprise sur lui / elle. Il ou elle peut ainsi :

  • empêcher activement les contacts de la victime avec sa famille, ses amis ou ses collègues
  • critiquer les proches de la victime
  • lui faire sentir qu’elle doit choisir entre ses proches et son partenaire
  • utiliser la culpabilité, la honte ou la peur pour dissuader la victime de voir ou contacter ses proches
  • interdire à la victime certaines activités sociales ou certaines sorties

Les manipulations

Les manipulations peuvent prendre diverses formes :

  • les mensonges
  • la culpabilisation : en suggérant à l’autre que son comportement n’est pas correct afin qu’il ou elle se sente mal
  • le fait de jouer sur les insécurités et les fragilités de l’autre (ex. : commentaires blessants sur une partie de votre corps qui vous complexe déjà)
  • les discours contradictoires : votre conjoint·e change régulièrement d’avis sur tout et vous dit tout et son contraire, le but étant de vous déstabiliser et d’entretenir un certain flou mental dans votre esprit

 👉 Exemple pour illustrer : Vous faites les choses d’une certaine façon, et cela ne plaît pas à votre partenaire. La fois suivante, vous changez votre façon de faire et cela ne convient toujours pas. Quoi que vous fassiez, votre conjoint·e est toujours insatisfait·e.

 💡 Zoom sur le « gaslighting » : il s’agit d’une technique de manipulation mentale, grâce à laquelle un individu tente de faire douter un autre individu de sa perception de la réalité, de sa mémoire ou de sa santé. À cette fin, celui ou celle qui emploie ce procédé peut :

  • nier ou minimiser les expériences de la victime
  • inverser la responsabilité de ses actes
  • créer des doutes sur la mémoire de la victime, voire la contester

Écoutez-vous et votre corps !

Les indices d’une relation toxique ne s’observent pas uniquement dans les comportements de votre conjoint·e à votre égard. Vos ressentis, votre intuition et vos sensations corporelles peuvent déjà vous en dire long. Il peut être pertinent de creuser et de vous interroger en profondeur sur votre relation si vous vous sentez :

  • constamment angoissé·e en présence de votre conjoint·e
  • épuisé·e et vidé·e psychiquement
  • ou si vous présentez des problèmes de santé chroniques sans cause médicale évidente

🔗 Pour aller plus loin sur le sujet, je vous invite à lire mon article : Quelles sont les séquelles d’une relation toxique ?

Les conflits au sein d’une relation violente n’existent pas

En cas de violences conjugales, on ne peut plus parler de conflit ou de dispute.

Le ou la partenaire violent·e cherche à écraser l’autre et peut exploser d’un moment à l’autre sous n’importe quel prétexte. La victime ne parvient pas à se faire entendre : son point de vue, ses ressentis et ses émotions ne comptent pas et ne sont pas entendus par l’individu qui agresse.

De plus, l’auteur ne cherche pas de solution ou de compromis pour résoudre le problème. Il ou elle rejette systématiquement la faute sur la victime, en se déresponsabilisant de ses propres actes. Malgré les paroles de l’auteur, les ressentis de la victime ne sont pas pris en compte et l’auteur réitérera les violences.

🔗 Je vous invite donc à lire 3 articles qui peuvent vous intéresser pour creuser le sujet et trouver des réponses :

Comment favoriser une relation saine et durable ?

favoriser relation saine

Les bases d’une relation positive se construisent dès les débuts de la relation, et on pourrait même dire en amont de celle-ci. Le secret, c’est avant tout d’être au clair avec vous-même sur certains points avant d’engager une relation. Cela se passe en trois phases :

  • les questions à se poser avant une relation
  • les questions à se poser dans les débuts de la relation
  • les comportements sains à adopter dès le début de la relation

Voici mes conseils de psychologue sur ce sujet.

Les questions à se poser avant de se mettre en relation

Êtes-vous prêt·e pour une (nouvelle) relation ?

Avant de vous engager, je vous invite à vous questionner pour être sûr·e que la relation reposera sur des bases saines :

  • Êtes-vous dans un souhait réel et profond de construire quelque chose à deux ?
  • Ne cherchez-vous pas plutôt à ne plus être seul·e, car vous supportez mal la solitude ?
  • Avez-vous suffisamment fait le deuil de votre précédente relation ?
  • Êtes-vous suffisamment disponible psychiquement et émotionnellement pour l’autre ?

👉 Bon à savoir 1 : Si vous cherchez surtout à éviter la solitude, vous pourriez souffrir de dépendance affective. Je vous invite vivement à travailler là dessus avant d’entamer une relation. La crainte de la solitude ou du rejet pourrait vous pousser à accepter plus que ce qui est acceptable, ou bien à adopter vous-même certaines manières d’être toxiques qui pourraient nuire à la relation.

👉 Bon à savoir 2 : Si vous souffrez d’un malêtre profond et durable, cela peut vous empêcher d’être pleinement prêt·e à vous investir dans une relation. Le risque est de tomber dans un schéma relationnel où votre mieux-être repose entièrement sur votre partenaire. Or, ce n’est pas à lui ou à elle de vous « sauver ». Tout comme ce n’est pas à vous de « sauver l’autre ».

Être au clair avec ce que vous attendez d’une relation

Vous devriez aussi réfléchir à ce que serait pour vous une relation idéale. Un temps d’introspection est indispensable avant de souhaiter être en couple. En étant au clair avec vos attentes, vous serez mieux à même de repérer dès le début ce qui ne vous convient pas, et d’en parler immédiatement avec l’autre.

Voici une liste de questions possibles :

  • Qu’est-ce que vous souhaitez ressentir ?
  • Que souhaitez-vous partager avec votre futur·e partenaire ?
  • Qu’attendrez-vous de lui ou d’elle ?
  • Que souhaitez-vous lui apporter ?
  • Comment était votre précédente relation ?
  • Qu’est-ce qui était satisfaisant dans celle-ci ?
  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez changer par rapport à celle-ci ?
  • Comment étiez-vous dans cette relation ?
  • Quelles sont vos insécurités ?
  • Celles-ci sont-elles susceptibles d’entraver le bon fonctionnement de la nouvelle relation ?
  • Sur quel·s point·s êtes-vous prêt·e à faire des concessions (ou non) ?

Ce temps de réflexion doit également vous aider à repérer si vos propres difficultés pourraient impacter la relation et entraîner des dysfonctionnements au sein de celle-ci. Si vous pensez que c’est le cas, il pourrait être nécessaire d’engager un travail sur vous-même, seul ou avec un·e psychologue, avant d’envisager quoique ce soit.

Les questions à se poser dans les débuts de la relation

Comment vous sentez-vous en la présence de votre nouveau partenaire ?

Êtes-vous à l’aise, libre d’être vous-même ?

Ou au contraire, ressentez-vous une gêne, des moments d’inconfort ou de questionnement, durant lesquels vous ne savez pas quoi penser ?

Soyez à l’écoute de vos sensations corporelles et de votre intuition. Ils seront vos meilleurs alliés pour identifier si la relation est saine.

⚠️ Important à retenir : Bien sur, il ne s’agit pas de mettre un terme à la relation dès qu’un élément vous questionne. En début de relation, chacun doit prendre ses marques. Des ajustements seront nécessaires de la part de chacun pour établir un équilibre. Comme évoqué précédemment, c’est une communication libre et ouverte qui doit entraîner ces ajustements.

Vous sentez-vous libre ?

  • Libre de garder une certaine indépendance ?
  • Libre d’avoir vos propres activités ?
  • Libre d’avoir vos moments à vous ?
  • Libre de dire ce que vous pensez et ressentez ?

Autrement dit, pouvez-vous être vous-même sans craindre le jugement ou le regard de votre partenaire ?

Est-ce qu’au contraire, il cherche à vous changer ? Attend-il de vous que vous vous comportiez comme il ou elle le souhaite ?

N’hésitez pas à prendre un temps après quelques semaines de relation pour réfléchir à ces questions. L’euphorie d’une relation nouvelle nous empêche bien souvent de nous pencher sur ces questions et de détecter les premiers signes de toxicité.

Est-ce facile de communiquer avec l’autre ?

  • Est-il possible d’aborder n’importe quel sujet de façon fluide et constructive, y compris les désaccords ?
  • L’autre tient-il compte de vos ressentis et de vos points de vue ?
  • Vous sentez-vous compris·e et entendu·e ?
  • Les mauvaises interprétations sont-elles récurrentes de sa part, compliquant ainsi de nombreuses situations ?

La communication doit être facile et ouverte. Si vous avez l’impression qu’il est difficile de faire entendre vos points de vue à votre partenaire, et/ou que celui ou celle-ci n’en tient pas compte, cela pourrait s’apparenter aux prémisses d’une relation toxique.

Avez-vous des projets communs ?

  • Sentez-vous que l’autre s’investit pleinement dans la relation ?
  • Prévoit-il / elle régulièrement des moments de partage avec vous ?
  • Se projette-t-il / elle dans le futur avec vous ?

Vous devez sentir que votre partenaire fait de la place dans sa vie pour cette relation et qu’il / elle s’engage pleinement pour la faire évoluer positivement.

🛑 TRÈS IMPORTANT à retenir : Attention aux engagements très rapides !!

Si votre partenaire évoque dès le début de la relation des projets et des engagements importants (projet d’enfant, mariage, achat de maison…), il ou elle peut en fait chercher à établir rapidement une emprise sur vous.

Laissez-vous le temps de voir comment la relation évolue, de réfléchir à la façon dont les conflits ou les désaccords sont gérés par chacun et d’être sûr·e que vos limites sont bien respectées.

Les comportements sains à adopter dès le début de la relation

Afin de construire une relation épanouissante, il faut être sûr·e d’être en mesure d’adopter certains comportements dès les débuts de la relation, ceci afin d’éviter des schémas dysfonctionnels.

🚨 Bien entendu, vous devez retrouver ces mêmes comportements chez votre partenaire. Sinon, il s’agit d’une relation potentiellement toxique.

Soyez fiable et cohérent·e

Afin que la confiance puisse s’installer entre vous et votre partenaire, la fiabilité et la cohérence entre vos paroles et vos actes est la règle absolue. Si vous prenez un engagement, respectez-le. Montrez à l’autre qu’il ou elle peut compter sur vous.

Acceptez les défauts et les différences de l’autre

Dans les jeunes couples fraîchement formés, il est normal d’idéaliser son / sa partenaire et de ne lui trouver que des qualités. Toutefois, il arrive toujours un moment de « retour à la réalité » où l’on prend également conscience des défauts de l’autre. Accepter les défauts de l’autre tout comme ses qualités est l’attribut d’une relation saine.

Ne cherchez pas à changer l’autre et acceptez-le tel qu’il est : vous devez chacun vous sentir libre d’être vous-même au sein de cette relation.

Communiquez et évitez les non-dits

Dès le début de la relation, adoptez une communication ouverte et honnête. Ne laissez pas les non-dits s’installer et n’hésitez pas à parler dans les moments de tension, de désaccords ou de questionnements. Prenez également le temps d’écouter votre partenaire et montrez-vous compréhensif·ve.

Lors de conflits, cherchez des solutions mutuellement bénéfiques. Puis restez tous les deux cohérent·es dans l’application de ces solutions.

Soyez attentif·ve au respect de vos limites (et à celles de votre partenaire)

Vos limites et celles de votre partenaire doivent être respectées sans être remises en question ni critiquées. Cela implique d’être au clair avec vous-même sur ce que vous êtes prêt·e ou non à accepter. Vos limites doivent être exprimées de façon claire et sans ambiguïté.

D’autre part, assurez-vous que toute activité, qu’elle soit physique, émotionnelle ou sexuelle, se fasse avec le consentement clair et enthousiaste de vous et votre partenaire. Votre conjoint·e doit également s’assurer de votre consentement.

Trouvez l’équilibre entre priorité pour l’autre et respect des besoins de chacun

Afin de poser les bases saines d’une relation, votre partenaire doit sentir que vous êtes prêt·e à vous investir pleinement dans la relation. Il ou elle ne doit avoir aucun doute sur la place qu’il ou elle occupe dans votre vie et dans votre cœur.

Montrez-lui qu’il ou elle est votre priorité, mais veillez à respecter ses besoins d’autonomie et d’indépendance, ainsi que les vôtres. Prévoyez de partager des moments de qualité à deux et aménagez vous des moments seul·e.

Maintenir une relation positive nécessite des efforts et des aménagements continus de la part des deux partenaires, et ce, tout au long de la relation.

Pour résumer sur les relations saines

favoriser relation saine

Chères lectrices et chers lecteurs, je sais qu’il n’est pas évident de se poser la question de savoir si l’on vit une relation saine ou toxique. Si vous êtes en pleine interrogation sur votre relation, alors il me semble important de prendre un moment pour réfléchir sérieusement à ce que vous traversez. En tant que psychologue spécialisée en violences conjugales, c’est un sujet que j’ai régulièrement l’occasion d’aborder.

Je vous rappelle donc ici les 11 caractéristiques qui montrent qu’une relation est saine :

  1. Communication ouverte et honnête : expression libre, écoute active
  2. Consentement mutuel : décision prise ensemble, sans pression ni culpabilité
  3. Liberté et indépendance : chacun garde ses propres centres d’intérêt et moments de solitude
  4. Confiance mutuelle : transparence, fiabilité et loyauté dans le couple
  5. Honnêteté : liberté de partager des opinions sans crainte de jugement
  6. Sécurité : sentiment de sécurité, tant physiquement que psychiquement, avec des comportements cohérents et prévisibles de la part de chacun
  7. Respect : des besoins, des limites et des décisions de la part de chacun
  8. Soutien et bienveillance : soutien et de bienveillance l’un envers l’autre, et notamment dans les moments difficiles
  9. Investissement réciproque : les deux partenaires engagés et investis dans la relation
  10. Affection partagée : identifiable par des gestes, des paroles et des attentions
  11. Gestion constructive des conflits : conflits abordés avec respect, recherche de solutions communes

Je vous invite à réfléchir à ces points avec sérieux et honnêteté. Il est normal de rencontrer des défis dans une relation, mais il faut pouvoir distinguer les difficultés normales des signes d’une relation toxique.

Vous n’êtes pas sûr·e de correctement identifier le type de relation dans lequel vous êtes ?

Laisser un commentaire